En ce début de mois j’ai enfin lu « La faucheuse » ce fameux livre, très mystérieux, qui ne nous prépare à rien d’autres que des histoires de mort !

M’a t’il plut ? Eh bien au début j’ai été très partagée, parce qu’on rentre dans un livre premièrement qui sort totalement de l’ordinaire et avec un enchainement de mystère et d’évènement dont certains sont pas forcément décris ou alors ne met pas le lecteur dans la confidence.

Du coup à la moitié du livre je n’arrivais toujours pas à savoir si c’était du génie de l’auteur ou au contrainte juste mal écris car il enchainait en oubliant de résoudre des choses.

C’est un peu comme de l’art abstrait. Comme une toile blanche avec un point. Tu sais pas si c’est du génie car y’a tout un sens caché derrière, ou si l’artiste est juste mauvais.

Heureusement en effet c’était assez intelligent de l’auteur et à son style très particulier de balayer certaines descriptions d’évènement pour laisser un suspens et une sorte d’ambiance et de malaise. Il laisse une bonne partie à l’imagination du lecteur mais fini par répondre à pas mal de ses questions.

Il m’a beaucoup plu, c’était vraiment rafraichissant et même si le livre a une petite fin, une suite va arriver, et je replongerai avec plaisir dedans.

C’est pas mal écris et ça se lit très bien. Comme je l’ai dit, l’auteur ne s’attarde pas forcément sur des détails et paysage mais sur un aspect un peu psychologique et brute des relations sentiments et de toute cette histoire de mort.

C’est une dystopie ! Mais qui n’est pas ULTRA complexe à comprendre comparé à celle habituelle, et qui fait vraiment réfléchir sur beaucoup de chose, mais avant de parler de ça, voici un petit résumé :

Nous sommes dans le futur, des dizaines d’année après que l’homme ai atteint son niveau « ultime » d’évolution : La mort n’existe plus, les gens se régénèrent, change d’âge, ressuscite, sont bourrés de « nanites » qui calme les douleurs et les soigne. Plus de pauvreté tout le monde est au même niveau. Il n’y a plus de dirigeant, tout est contrôlé par une intelligence artificielle, une conscience surpuissante, créer par l’homme et appelé Thunderhead, qui d’ailleurs fait référence à un cloud mixé à un Wikipédia, mais encore plus poussé, une véritable entité qui voit tout qui règle tout.

Cependant dans cette Utopie une problème croit encore et encore, la surpopulation. Les gens ne mourant plus, la planète devient trop petite.

Alors que s’est créer une organisation « Les faucheurs » : des humains aillant le permis de « glaner » (tuer) des gens aux hasards, en toute l’égalité, pour rétablir l’équilibre. Les faucheurs sont craints et à la fois vu comme des divinités à qui l’ont accordé tout car ils peuvent aussi bien vous tuer que vous accorder des immunités temporelles.

La trame de l’histoire parle de deux adolescents, très différent, recrutés pour être les apprenti d’un faucheur, plus ou moins malgré eux et qui vont devoir affronter le fait de devenir des « tueurs » et de s’occuper des condamnés et des familles.

Cependant comme l’on s’y attend, tout n’est pas calme et les faucheurs étant humains, tout ne va pas être fait de façon aussi propre que prévu.

Ce livre est composé de plusieurs points de vue, celui de Citra la première adolescente qui est un peu l’ado à la langue pendu, de Rowan le deuxième qui lui est plus posé et réfléchi, certains autres points de vue sont des glanages qui ont lieux dans le monde et qui vont tous nous apprendre des choses. Puis il y a aussi entre chaque chapitre, un extrait de journal d’un Faucheur où l’on apprend des histoires sur le glanage, sur la mise en place des faucheurs ou des réflexions.

Il aborde un tas de thèmes différents et très intéressants comme :

  • Le fait qu’une vie immortel n’est pas un cadeau, car lorsqu’on a quelque chose à perdre on l’apprécie beaucoup plus. Il parle beaucoup de la stagnation mental de certaines personnes, car rien ne perturbe et ne blesse leur quotidien, du coup il s’enferme dans leur routine.
  • Le fait de refaire sa vie. Etant immortel (sauf sous le glanage d’un faucheur) les gens ne font plus leur vie de la même façon, il y a un passage très juste dans le livre du témoignage d’une faucheuse où une femme vient la voir pour lui demander de la glaner (ce qui est interdit) car son mari est mort et qu’elle pense être prête et avoir suffisament vécu. Et on s’attend vraiment à ce qu’elle la glane, qu’elle enfreigne la loi, et finalement non, tu t’aperçois que ce n’est pas un mal.
  • Le Thunderhead, pour la première fois dans un livre (en tout cas dans le premier tome) on parle d’une entité qui a sa propre intelligence, qui gère tous les humains mais qui n’est ABSOLUMENT PAS décrite comme inquiétante ou négative. Elle est totalement positive, elle n’est pas là pour les controler eux les humains mais pour les épauler. Et il y a une phrase forte dans le livre qui dit à peu près « On pensait pendant des années que cette intelligence serait négative, mais c’est tout le contraire, elle nous apporte plus qu’elle n’impose ». Je n’ai pas exactement les termes mais ça laisse aussi à réfléchir sur le fait qu’on a des fois du futur de l’innovation cette parano de la prise de contrôle de tout, mais cette image du Thunderhead est vraiment très saine (et limite touchante à la fin du livre).

Les deux choses qui m’ont marqué également dans le livre, c’est le très bon enchainement entre les courts très respectueux et humble du Faucheur qui éduque les deux adolescents et les tueries qui se passent en parallèle, d’un coup et qui nous font froid dans le dos. Et le fait qu’on s’attend à être face à une secte avec des pouvoirs, avec des gens dotés de privilèges et de dons. Alors qu’au final ils sont aussi humain que tous, et aussi « fragile », voir même plus mentalement de devoir tuer des gens, dont des enfants, et qu’il n’y ai pas de part mystique comme la faucheuse à laquelle on peut s’attendre.

En conclusion, c’est une très bonne dystopie dans le genre car l’auteur ne prend pas l’option de la facilité en inventant n’importe quel contenu tout le long du livre pour faire du sensationnel et de la surprise et il se base sur des petites graines de mystères qu’il a semé là et là. C’est très bien équilibré, ça se lit bien et ça change du registre ! Je le met en coup de cœur de l’année, parce que c’est vraiment dépaysant comme histoire et ça fait du bien !